Nouveautés

  • Le cas en psychanalyse relève du traquenard logique.
    Là où l’on pourrait croire que la séance analytique se prête à merveille au cas, elle ne cesse d’y objecter : elle invalide quiconque viendrait s’offrir comme témoin entre ses deux acteurs, et jusqu’à ce tiers que serait un but poursuivi en commun. Transfert oblige.
    Cette situation d’exception a un double mérite sur le plan épistémologique : elle éclaire les conditions d’élaboration du cas dans les autres savoirs (droit, médecine, grammaire, micro-histoire, etc.), et elle rend compte de la consistance propre à l’acte analytique.


    Guy Le Gaufey exerce la psychanalyse à Paris. Il a récemment publié aux éditions Epel L’Effet de sens. Essai de sémiotique lacanienne (2018).

  • Certains psychanalystes sont reconnus des maîtres dans leur domaine, d’autres sont des élèves. Ce lien entre eux, différent de la relation analytique, pousse déjà à lui seul la psychanalyse dans les bras de l’université. Il s’y transmet ce qui s’appelle un enseignement.
    Plusieurs manières d’enseignement peuvent d’ailleurs être distinguées. Toutefois, dans le champ freudien est rendu manifeste plus franchement qu’ailleurs un rapport maître/élève qu’on reconnaîtra sexué.
    Ainsi Jacques Lacan eut-il ce qu’il dénommait, en usant d’un possessif, « mes élèves ». Selon lui : des hérissons.
    Schopenhauer avait fait état de la difficultueuse copulation des hérissons, bientôt suivi par Freud qui, s’en allant aux États-Unis, déclara qu’il allait y rencontrer des wilds porcupines – ceux-là mêmes qu’il souhaitait rallier à sa cause.

    Cet ouvrage fait suite au livre La psychanalyse est-elle un exercice spirituel ? Réponse à Michel Foucault (Epel, 2007) du même auteur.

  • Aucun autre livre à ce jour n’a tissé de liens aussi convaincants entre Lacan et Augustin autour d’une question commune : celle de l’altérité.
    Augustin n’a cessé de dénoncer, contre Pelage, une conception de la grâce qui fait la part trop belle à l’homme, et trop mince à Dieu. En explorant cette querelle oubliée, Sara Vassallo montre à quel point elle reste présente chez Lacan, qui prend appui sur Augustin pour mieux éclairer son Autre.
    Dans son combat contre les Jésuites, Pascal avait déjà repris le flambeau anti-pélagien de la grâce nécessaire (un don de Dieu) contre la grâce suffisante (obtenue par les œuvres).
    Comme Pascal avec la casuistique jésuite, Lacan pouvait lire, dans la dérive psychologisante de la psychanalyse, le même souci pélagien de composer avec l’altérité.

    Sara Vassallo enseigne la philosophie et pratique la psychanalyse à Buenos Aires. Elle a elle-même traduit et adapté son livre El deseo y la gracia. San Agustín, Lacan, Pascal. Elle a également publié en français Sartre et Lacan. Le verbe être : entre concept et fantasme, L’Harmattan (2003).

  • De confiture en confusion, on y revient au confinement, entendu à plusieurs voix avec ses traversées tout à la fois solitaires et collectives, par certains qui sont en position de patients comme par certains qui sont en position de soignants, dans des lieux psychiatriques et dans bien d’autres lieux.
    - Alors la page est à nous
    - Et à moi, je peux dire que la page est à moi ?
    - Heu... Pas à toi seul, mais oui, elle est à toi
    - Donc tu m'as reconnu ?
    - Bien entendu. Depuis le temps qu'on s'engu...Enfin, depuis le temps qu'on dialogue.
    - Non, tu ne m'as pas reconnu. Je suis lui. Je suis devenu lui.
    - Qui lui ?
    - Lui. Le virus, tiens !
    - Ok. Si tu le dis.
    - C'est tout ce que ça te fait ?
    - Qu'est ce que tu veux que je te dise ? Tu as le droit de contribuer aussi : ça s'appelle « Les Nouveaux Cahiers pour la folie »
    - T'es con-
    - Toujours aimable
    - T'es confit-
  • Spy ? Spy pour les trois premières lettres de spycanalyse, la revue mettant l’accent sur une forme de spiritualité. Dans l’un de ses livres, Jean Allouch note la négligence dont font l’objet au champ freudien les manifestions de l’occulte, lequel n’est pas caché mais se situe « ailleurs » (J. Lacan). Pour obvier à cette négligence, un passage de frontière a été jugé nécessaire. D’où des Journées d’étude tenues à Namur, en septembre 2018. La plupart des exposés alors présentés sont publiés dans ce numéro. Par la grâce d’une artiste, Stéphanie Solinas, des elfes islandais parcourent les pages de ce numéro, décidément un peu particulier… Dans un fragment de 1869-1870, Nietzsche asserte : « Celui qui n’a plus le cœur à vivre des miracles, qu’il — coure à l’Union protestante ultima ratio rationis — ».
  • En septembre 1982, quatre chauffeurs de taxi furent assassinés lors d’une même semaine, exactement de la même manière, dans le même quartier populaire de Buenos Aires. Le meurtrier continua de vaquer dans les mêmes rues, à l’insu de la police, jusqu’à ce que son frère, découvrant l’arme utilisée, permette de connaître son nom : Ricardo Melogno.
    Ce très jeune homme avoua aussitôt, sans toutefois pouvoir dire un mot de ce qui l’aurait conduit à commettre ces crimes. Ce silence n’était nullement une dérobade ; rien ne l’aura brisé durant les trente ans de réclusion qu’il eut à purger. Et la quasi-totalité des diagnostics et traitements psychiatriques qui lui furent appliqués n’ont cessé de buter contre.
    Peu de temps avant sa libération, lors de ces entretiens avec Carlos Busqued, Ricardo Melogno répétait encore : « Si j’avais dit que je tuais pour voler, je serais en liberté depuis quinze ans. Ou que je l’avais fait pour le plaisir. Il y aurait une logique. Mais je me rappelle aucune cause, aucun détonateur. Il y a eu aucun antécédent avant. »
    Qu’y a-t-il donc au coeur de l’acte, qui se fait jour ici, et reste soustrait ?
  • Attraper erôs dans le filet du logos, l’Occident n’a pas attendu la psychanalyse pour s’y employer. Entre les aphrodisia grecs et le dispositif de sexualité moderne, il ne restait plus à Foucault qu’à déposer une dernière pièce au puzzle de son Histoire de la sexualité : que s’est-il passé au temps de la concupiscence chrétienne et du péché de chair ?
    Comment le sexe en est-il venu à polariser le rapport de soi à soi ?
    « Il m’a semblé, écrit Foucault, que la question qui devait servir de fil directeur était celle-ci : comment, pourquoi et sous quelle forme l’activité sexuelle a-t-elle été constituée comme domaine moral ? »
    À qui sont destinés les aveux ? De quoi libèrent-ils ? Quel sujet moderne l’expérience de la « chair » dans le christianisme a-t-elle contribué à construire ? Les Aveux de la chair jettent le trouble dans une « histoire de la sexualité » qui s’avère faussement linéaire et sollicite tout autant philosophes, historiens, spécialistes de la littérature et psychanalystes.
  • Entre gens exerçant la même profession, on se reconnaît « collègues ». Qu’est-ce à dire lorsqu’il s’agit de clinique ? Invitée à parler de ses deux derniers ouvrages en Amérique centrale, Patricia Janody s'est risquée à une collaboration d'un genre particulier, sur le simple fait de collaborer.
    Elle en rend compte ici sur le mode épistolaire : « Qu'est-ce que nous fabriquons encore ensemble, chers collègues ? » D’autant que la clinique paraît toucher à sa fin. Y a déjà touché, peut-être.
    Reste la possibilité de converser entre collègues. En sorte que ça explose, par intermittences, mais que, du moins, ça continue à courir. Entre un territoire et un autre, une langue et une autre, un nous et un autre. Et puis parfois, pour les cures comme pour ce qui se trame entre collègues, se fraie un passage à rebours.
  • « Passage à l’acte » est désormais d’un usage si courant que l’on ne sait plus trop de quoi il s’agit – si ce n’est un geste tout à la fois violent et réprouvé. Violent aux yeux de qui ? Réprouvé par qui ?
    On reprend ici le problème au plus près en envisageant plusieurs affaires dont le foyer incandescent est reconnu avoir été un passage à l’acte : le geste djihadiste, celui de Louis Althusser meurtrier d’Hélène Rytman et celui de Claire Lannes, héroïne de L’Amante anglaise, dont la figure fut conçue par Marguerite Duras en prenant ses marques dans un fait divers.
    Plus inattendue sans doute apparaîtra l’incidence du « passage à l’acte éclairé » au cœur même de l’expérience analytique, notamment en son commencement et sa fin.
  • Pour fêter le n°10 des Nouveaux Cahiers pour la folie : nouvelle maquette, plus de pages, même prix.
    - Bon anniversaire !
    - Eh oui on est encore là... On est où, au fait ?
    - On invente ensemble de nouveaux lieux.
    - On a les moyens ?
    - Pas du tout. Aucun moyen. On se met à plusieurs et on fabrique avec notre absence de moyens.
    - C’est du fragile, alors ?
    - C’est du solide. Pile les façons de faire qui échappent aux nomenclatures.
    - Comme un poème...